CCT Qualiroutes
Cahier des Charges Type version 2011
Chapitre A
Chapitre B
Chapitre C
Chapitre D
Chapitre E
Chapitre F
Chapitre G
Chapitre H
Chapitre I
Chapitre J
Chapitre K
Chapitre L
Chapitre M
Chapitre N
Chapitre O
Chapitre P
Chapitre Q
Cahier Spécial des Charges version 2011

L. Signalisation

 
PrécédentTable matièresSuivant

L. 4.2.1. DENOMINATIONS

 

L. 4.2.1.1. Systèmes de marquage

 

On appelle système de marquage un ensemble composé d'un même produit de marquage, de mêmes produits de saupoudrage (microbilles de verre et/ou granulats antidérapants), appliqués selon les mêmes méthodes avec les mêmes dosages (définition du guide d'agrément G0025 de l'UBAtc).

 

Le système de marquage est caractérisé par l'épaisseur du film sec et la technologie d'application des divers constituants. Certains produits de marquage forment un système à eux seuls.

 

Pour les systèmes à film mince (≤ 1,5 mm), l'épaisseur du film est une caractéristique essentielle du marquage. On distingue l'épaisseur nominale du système ainsi que l'épaisseur minimale et maximale. Lorsque le dosage est prescrit, on parle également du dosage nominal auquel est lié un dosage minimum admis pour des mesures individuelles.

 

Le dosage idéal des microbilles de saupoudrage est celui qui correspond au maximum de rétroréflexion pour une granularité donnée. Par exemple, le dosage idéal des microbilles 600/125 microns est de l'ordre de 200 g/m². Au-delà, l'effet d'ombre a une influence négative sur la rétroréflexion. Le dosage minimum prescrit est légèrement supérieur à ce dosage idéal pour tenir compte des pertes qui ont toujours lieu les premiers jours. On parle de surdosage lorsque l'écart entre les deux devient important.

Le dosage idéal des éléments rétroréfléchissants est de l'ordre de 150 g/m² en première couche. Une seconde couche de microbilles de saupoudrage (si nécessaire mélangées avec des produits antidérapants) est ensuite appliquée.

 

Le taux de recouvrement est le rapport entre la surface couverte par les microbilles et la surface du marquage. Il peut être intéressant de recourir à un taux de recouvrement important car le tapis de microbilles assure une protection mécanique du marquage.

 

L. 4.2.1.2. Marquages profilés

 

En opposition aux marquages plans ne présentant pas de variation de débit lors de l'application, les marquages profilés sont des films présentant un relief discontinu dont la figure est régulière ou aléatoire avec une différence de hauteur supérieure à 3 mm entre la couche de fond et le sommet des crêtes. Ils peuvent nécessiter l'application d'une couche de fond afin d'assurer une couverture complète de la ligne.

 

On distingue les systèmes suivants:

-    les crépis

-    les systèmes structurés

-    les systèmes à relief.

 

Les crépis sont des films discontinus réalisés avec du produit de marquage qui se dépose aléatoirement sur la chaussée en laissant des espaces libres.

 

Les systèmes structurés sont formés d'un film continu dont la surface présente des saillies ou des sculptures plus ou moins régulières réalisées par un système d'application approprié.

 

Les systèmes à relief sont des films continus ou discontinus dont le produit de marquage forme un relief discontinu important. Leur géométrie présente en certains points une épaisseur supérieure à 5 mm par rapport au support (film ou revêtement routier). Ils sont constitués de plots, damiers, barrettes etc.

Les matériaux à base de produits thermoplastiques répondent aux prescriptions du C. 52.2.1.3.

 

Les systèmes profilés produisent un effet sonore ou mécanique (vibration) lorsqu'ils sont circulés par un véhicule. Ils sont donc déconseillés en agglomération ou en zone urbanisée.

Ils présentent une alternative afin d'assurer une bonne visibilité nocturne par temps de pluie car ils permettent une bonne drainabilité de l'eau de ruissellement.