CCT Qualiroutes
Cahier des Charges Type version 2011
Chapitre A
Chapitre B
Chapitre C
Chapitre D
Chapitre E
Chapitre F
Chapitre G
Chapitre H
Chapitre I
Chapitre J
Chapitre K
Chapitre L
Chapitre M
Chapitre N
Chapitre O
Chapitre P
Chapitre Q
Cahier Spécial des Charges version 2011

K. Ouvrages d'art

 
PrécédentTable matièresSuivant

K. 8.3.2. Clauses techniques

 

K. 8.3.2.1. Choix du joint

 

Les documents de marché précisent les caractéristiques du joint à mettre en œuvre sur l'ouvrage:

-    le souffle nominal

-    le biais éventuel.

-    le type de trafic suivant B. 1 et le nombre journalier moyen de poids lourds par sens de circulation

-    la catégorie de joint:

-    joints bitumineux

-    joints à hiatus

-    joints Tapis

-    joints Cantilever

-    joints supportés

-    joints modulaires

-    les éventuelles particularités liées à l'ouvrage concerné.

 

K. 8.3.2.2. Géométrie du joint

 

Le joint suit le profil en travers de la route, notamment à la liaison chaussée-trottoir tout en assurant l'étanchéité à cet endroit.

 

Le joint est exécuté de façon à ce que l'eau puisse s'écouler au droit du filet d'eau.

 

Le joint sera prolongé jusqu'aux extrémités latérales du pont et adapté de manière à assurer l'étanchéité, éviter les infiltrations et les écoulements d'eau sur les encorbellement et sur les rives. Le dispositif peut nécessiter une adaptation des pierres de taille sous garde-corps ou de la rive du pont.

 

K. 8.3.2.3. CONTINUITE DE L'ETANCHEITE

 

La continuité de l'étanchéité du joint est conforme au K. 9.1.

 

K. 8.3.2.4. DRAINAGE ET EVACUATION DES EAUX

 

Le drainage et l'évacuation des eaux sont conformes au K. 9.2.

 

K. 8.3.2.5. Etude

 

L'étude, à charge de l'adjudicataire, comprend notamment l'établissement d'un plan d'exécution et d'éventuelles prescriptions particulières de pose propre à l'ouvrage. Elle permet de constituer le dossier technique particulier du joint (voir K. 8.3.1).

 

Le plan d'exécution reprend notamment:

-    les différentes coupes détaillées en travers du joint (trottoirs, chaussée, filet d'eau, ...)

-    une coupe longitudinale complète du joint

-    une vue en plan complète

-    le diagramme de pose en fonction de la température.

 

Ces vues et coupes mentionnent notamment:

-    la nature et la qualité des matériaux

-    la structure du pont à proximité du joint (coffrage, armatures, câbles et ancrages de précontrainte, profilés métalliques, etc.)

-    le ferraillage du joint

-    les ancrages spécifiques

-    les dispositifs destinés à assurer la continuité de l'étanchéité, le drainage et les dispositifs d'évacuation des eaux

-    les détails des raccordements entre le joint en chaussée et en trottoirs

-    les détails au niveau des filets d'eau

-    les détails en extrémités de pont

-    les éventuels raccords droits, biais ou perpendiculaires entre éléments de joints, en plan ou en élévation.

 

K. 8.3.2.6. Pose du joint

 

La pose du joint se fait par un installateur reconnu par le fabricant et selon le manuel de pose, dont un exemplaire est disponible en permanence sur le chantier.

 

K. 8.3.2.6.1. REGLAGE DE L'OUVERTURE A LA POSE

 

Lors du placement, l'ouverture du joint est réglée en fonction de la température du pont mais aussi en fonction des hiatus entre les parties concernées.

 

Les dispositifs provisoires éventuels utilisés pour régler et maintenir les éléments du joint, de part et d'autre de l'hiatus, sont à défaire au plus tôt, dès la mise en place du béton. Il faut impérativement éviter de brider le joint et lui permettre de suivre les mouvements de dilatation du pont.

 

La température à la pose (tw) est évaluée à:

 

         tw = tImagesExt/image144_20.png pont + ImagesExt/image144_21.png

où tImagesExt/image144_20.pnget ImagesExt/image144_21.png sont déterminés en fonction du type d'ouvrage (?t est la variation de la température effective du pont au cours de la journée).

 

K. 8.3.2.6.1.1. Ponts en béton

 

-    La température est mesurée au moyen d'un thermomètre placé à une distance entre 0,50 m et 2 m sous le tablier.

 

Soit "2": la date de placement du joint.

Soit t2min: la température minimum au cours de la journée du placement.

Soit t1max: la température maximum au cours de la journée précédant le placement.

Soit t1min: la température minimum au cours de la journée précédant le placement.

Soit t0max: la température maximum 2 jours avant le placement.

 

Soit          ImagesExt/image144_22.png

 

-    La température minimum effective du pont, le jour du placement, est évaluée par la formule suivante:

 

tImagesExt/image144_20.png pont = 1,14 x t48 - 1,1

 

La variation de la température effective du pont au cours de la journée peut être estimée à 7 °C (= ? t).

 

K. 8.3.2.6.1.2. Ponts mixtes

 

La température effective minimum du pont, le jour du placement, est évaluée par la formule suivante:

 

tImagesExt/image144_20.png pont = 1,14 x t24 - 2,6

 

avecImagesExt/image144_23.png        (mesures ou observations de l'I.R.M.)

 

? t = 14 °C

 

K. 8.3.2.6.1.3. Ponts métalliques

 

tImagesExt/image144_20.png pont = 1,10 x t2min - 1,3

 

Dans ce cas particulier, une étude préalable de la liaison entre la température ambiante et la déformation longitudinale de l'ouvrage est indiquée pour fixer la valeur de ? t.

 

K. 8.3.2.6.2. Réglage de la hauteur

 

Le réglage de la hauteur du joint est tel que:

-    il n'y a pas de saillie entre le joint et le revêtement de chaussée ou de trottoir

-    la continuité du profil en long de la chaussée est conservée.

 

Il est recommandé de placer le joint légèrement plus bas (max: 3 mm) que le profil de la route limitrophe de manière à tenir compte d'une certaine usure ou déformation du revêtement aux abords.

 

Lorsque le joint se compose de plusieurs tronçons, ces derniers doivent être situés dans le prolongement l'un de l'autre.

 

K. 8.3.2.6.3. Dispositifs d'ancrages

 

Le placement des dispositifs d'ancrage tient compte des obstacles éventuels dans le tablier du pont et dans la culée (ancrages des câbles de précontrainte, membrure supérieure de poutres préfléchies, armatures...) qui sont indiqués aux documents de marché.

Pour les joints dont les ancrages sont solidaires du corps de joint, ces ancrages chevauchent les armatures existantes ou supplémentaires et y sont fixés, avant le bétonnage. L'exécution a lieu suivant les plans d'exécution et les directives du fonctionnaire dirigeant.

Avant le bétonnage des zones d'ancrage, les joints de reprise entre le béton existant et le nouveau béton sont traités conformément au K. 4.

Pour les joints dont l'ancrage est constitué de boulons précontraints noyés dans le béton, les gaines d'ancrage sont fixées avant le bétonnage aux armatures existantes ou supplémentaires.

 

Les tiges de fixation sont placées à une distance suffisante du bord du béton pour éviter toute dégradation lors de l'exécution et du fonctionnement du joint. Des armatures dimensionnées en conséquence sont prévues à cet endroit.

En ce qui concerne le béton d'ancrage des joints de dilatation, deux spécifications de béton doivent être distinguées:

 

-    cas du béton non recouvert par le revêtement bitumineux.

Le béton doit présenter une bonne résistance à l'usure et à l'écaillage induit par l'épandage de sel de déverglaçage. Le béton répondra au minimum à la spécification suivante: C40/50 EE4 WAI(0,45), ciment LA. Les spécifications des gravillons sont conformes au C. 4.4.4. Le diamètre maximum des gravillons ainsi que la fluidité du béton dépendent de la densité d'armature.

 

-    cas du béton recouvert par le revêtement bitumineux.

Dans ce cas, le béton est identique au béton pour tabliers de pont spécifié par le document de référence QUALIROUTES-C-2, à savoir, C35/45 EE4 WAI (0,45). Ce béton n'étant pas directement soumis à l'usure induite par la pneumatique des véhicules, les gravillons peuvent être de nature calcaire. Le diamètre maximum des gravillons ainsi que la fluidité du béton dépendent de la densité d'armature.

 

Les règles décrites par le document de référence QUALIROUTES-C-2 sont d'application, notamment en ce qui concerne les matières premières, les bilans en chlorures et alcalis, la mise en place et le compactage ainsi qu'en matière de cure et protection du béton frais.

Aucun effort parasitaire ne peut être induit dans la structure lors du placement et du bétonnage du nouveau joint.

Les dispositifs provisoires éventuels utilisés pour régler le joint sont à défaire dès que possible en fonction de la prise du béton.