CCT Qualiroutes
Cahier des Charges Type version 2011
Chapitre A
Chapitre B
Chapitre C
Chapitre D
Chapitre E
Chapitre F
Chapitre G
Chapitre H
Chapitre I
Chapitre J
Chapitre K
Chapitre L
Chapitre M
Chapitre N
Chapitre O
Chapitre P
Chapitre Q
Cahier Spécial des Charges version 2011

I. Drainage et égouttage

 
PrécédentTable matièresSuivant

I. 8.9.2. CLAUSES TECHNIQUES

 

I. 8.9.2.1. MATERIAUX

 

Ils répondent aux prescriptions du C. 64.5.

 

I. 8.9.2.2. MISE EN ŒUVRE

 

I. 8.9.2.2.1. TRAVAUX PRELIMINAIRES

 

La technique nécessite la mise hors service de l'ouvrage.

 

Avant exécution, les surfaces à traiter sont nettoyées ou curées.

La préparation de la surface s'effectue par des moyens techniques appropriés (p. ex. hydro décapage, hydro sablage, sablage, bouchardage, etc.) de manière à éliminer du support toute partie friable ou toute saleté ou matière (graisse, biofilm, etc.) susceptible de nuire à la bonne adhérence du mortier de collage. La préparation de la surface permettra également l'élimination du glacis de surface ou de la laitance éventuellement présents.

 

Les armatures sont protégées contre la corrosion par un revêtement anticorrosion, sur base des prescriptions du N. 1.10.

 

Les arrivées d'eau sont étanchées à l'aide de mortier d'arrêt à prise rapide (présentant une résistance mécanique à la traction ? 1 MPa), les fissures de surface et les trous importants dans la paroi sont colmatés.

 

Les raccordements trop pénétrants ou endommagés sont décapés, fraisés ou réparés, les racines pénétrantes sont coupées.

 

Si nécessaire, la paroi est reprofilée, avant application, avec du mortier présentant une résistance mécanique à la traction ? 1 MPa.

 

I. 8.9.2.2.2. REALISATION SANS COFFRAGE

 

Les plaques céramiques préassemblées en usine sont introduites via un puits de travail ou par un regard de visite.

 

Un mortier d'adhérence est appliqué et étalé à la fois sur la paroi préparée de l'égout ou du collecteur et sur la face arrière des éléments céramiques. Les plaques sont appliquées avec frottement sur le mortier de pose, frais sur frais (méthode « buttering-floating »). Les plaques sont assemblées l'une à l'autre à l'aide de résine époxy. La largeur des joints est comprise entre 6 et 10 mm.

 

Après un temps d'attente conforme aux prescriptions du fournisseur des produits utilisés ou, à défaut, après un temps d'au moins 24 heures, les joints secondaires entre les plaques sont rejointoyés à l'aide d'une résine époxy.

 

Les documents de marché peuvent imposer l'exécution de joints de dilatation.

La distance entre deux joints de dilatation est comprise entre 5 à 8 m. Des joints de dilatation sont prévus au niveau des joints de construction de l'ouvrage existant, de manière à pouvoir récupérer les mouvements éventuels du support. Les joints de dilatation ont une largeur de 15 mm ± 5 mm et une profondeur de 15 mm ± 5 mm. Ils sont sans poussière, secs et exempts d'impuretés. On injecte d'abord comme couche de fond un primer. Après un temps minimum de 60 minutes (idéalement 120 minutes), les joints sont rejointoyés à l'aide d'une résine de polyuréthane par application au pistolet d'injection. Une pression est exercée contre les flancs des joints qui sont ensuite lissés.

 

I. 8.9.2.2.3. REALISATION AVEC COFFRAGE

 

Dans le cas où un coffrage est réalisé, l'espace entre les plaques céramiques et la paroi de la canalisation existante est comblé au moyen d'un coulis. Dans le cas d'une rénovation structurante, l'espace est garni d'armatures (voir gunitage).

 

Le coulis est introduit par voie gravitaire ou sous une légère pression. Tout mouvement des plaques assemblées est à éviter lors de l'injection.

 

La réalisation des joints des plaques céramiques est identique à celle décrite au I. 8.9.2.2.2.

 

I. 8.9.2.3. SPECIFICATIONS

 

Les dalles céramiques ne sont pas structurantes en elles-mêmes. Les caractéristiques structurantes ou non sont fonction de la sous-structure.

Les dimensions des éléments sont déterminées en fonction du résultat souhaité et des conditions d'accessibilité des tronçons à rénover.

 

Les points suivants sont d'application:

-    les éléments préfabriqués ne sont pas endommagés à la réception

-    l'épaisseur des dalles de grès est au minimum de 15 mm

-    les éléments préfabriqués (plaques) ne contiennent que du grès et de la résine époxy

-    la face de pose des dalles est en queues d'arronde.

 

I. 8.9.2.4. VERIFICATIONS

 

I. 8.9.2.4.1. CONTRÔLE DE L'Absence DE VIDE

 

Dans le cas de plaques collées, le contrôle de l'absence de vides (surfaces «non collées») entre l'ancienne structure et les plaques est réalisé par sondage sonique ou suivant toute autre méthode préalablement soumise à l'approbation du fonctionnaire dirigeant. La présence éventuelle de vides ne peut excéder 20 % de la surface d'une plaque.

 

I. 8.9.2.4.2. TEST DE RESISTANCE A LA TRACTION

 

La résistance à la traction est déterminée sur des noyaux exempts de perturbations et de vibrations forés jusqu'au matériau de la construction originale et étant toujours en place. Ils sont sollicités en traction en présence de l'entrepreneur au moins 28 jours après la pose des plaques céramiques. Les échantillons ont un diamètre d'au moins 70 mm mesuré sur une dalle.

Le test d'adhérence est exécuté en collant des têtes de traction. Temporairement les têtes sont tenues en place jusqu'au durcissement de la colle. La force d'adhérence est montée linéairement et continuellement avec un déroulement de 100N/s jusque la rupture. La force de traction doit être exercée perpendiculairement sur la tête de traction.

 

Appréciation: la force de traction ne peut pas être supérieure à la résistance à la traction du matériau de la construction originale.

 

-    Si la rupture se situe dans le support ancien, le test est considéré comme concluant.

-    si la rupture est mixte (partiellement dans le support ancien et dans le mortier d'adhérence et mortier de profilage = faille de cohésion), le test est considéré comme concluant.

-    si la rupture se situe uniquement dans le mortier d'adhérence ou dans le mortier de profilage mais avec une force de traction supérieure ou égale à 1,0 MPa, le test est considéré comme concluant.

-    si la rupture se situe uniquement dans le mortier d'adhérence avec une force de traction inférieure à 1,0 MPa, le test n'est pas concluant.

 

Pour l'adhérence des revêtements non autoportants, on peut se référer à la pression de la nappe sur l'arrière des plaques (1 MPa = 101 m de colonne d'eau).

 

Le nombre de mesures à effectuer pour le test d'adhérence est le suivant:

3 mesures par

-    ouvrage de plus de 200 m2

-    10 regards d'inspection

-    200 m2 de surface de plaques

-    500 m linéaire de canalisation.

 

I. 8.9.2.4.3. ADHERENCE DE LA RESINE D'EPOXY SUR LES FLANCS DES PLAQUES

 

L'échantillon se compose de deux dalles avec joint longitudinal intermédiaire.

 

I. 8.9.2.4.4. PLANEITE DE SURFACE

 

Les différences entre les plaques céramiques ne peuvent pas dépasser 5 mm.

 

I. 8.9.2.5. PAIEMENT

 

Au m² de surface traitée, toutes opérations et jointement compris.

Les joints de dilatation sont payés au mètre courant.

 

Les ouvertures, d'une superficie < 0,5 m², ne sont pas portées en déduction.

 

Le contrôle visuel et les autres contrôles spécifiques éventuels, prescrits par les documents de marché, font l'objet de postes séparés du métré.