CCT Qualiroutes
Cahier des Charges Type version 2011
Chapitre A
Chapitre B
Chapitre C
Chapitre D
Chapitre E
Chapitre F
Chapitre G
Chapitre H
Chapitre I
Chapitre J
Chapitre K
Chapitre L
Chapitre M
Chapitre N
Chapitre O
Chapitre P
Chapitre Q
Cahier Spécial des Charges version 2011

G. Revêtements

 
PrécédentTable matièresSuivant

G. 4.2.1. Clauses techniques

 

G. 4.2.1.1. Matériaux

 

Ils répondent aux prescriptions du chapitre C les concernant:

-    eau: C. 1

-    sables: C. 3.4.7.1

-    ciment: C. 8

-    pierre naturelle: C. 28

-    pavés: C. 29.

 

G. 4.2.1.2. Exécution

 

G. 4.2.1.2.1. Appareillage

 

Il est de deux types:

-    appareillage en ligne à joints alternés

-    appareillage mosaïque: en éventail, en coquille ou queue de paon, en écaille, en spire concentrique ou arc de cercle.

 

APPAREIL EN EVENTAIL

ImagesExt/image174_48.png

Exemple d'appareil en éventail.

-    La largeur de chaussée: 600 cm

-    140 cm < 2R < 200 cm.

-    On choisit de faire 3 éventails sur la largeur.

-    Soit 3 queues de 10 cm (pour pavés de 9/11).

ImagesExt/image174_49.png

donc R = 95 cm

 

L'appareil en éventail est constitué de demi-cercles avec une "queue" positionnée entre les demi-cercles de la rangée précédente.

 

Règle générale: le diamètre des demi-cercles

(D = 2 x R) est compris entre 140 cm et 200 cm.

 

La largeur de la base de la queue est ici de la largeur moyenne d'un pavé

 

ImagesExt/image174_50.jpg

 

 

 

APPAREIL EN COQUILLE

OU EN QUEUE DE PAON

ImagesExt/image174_51.png

 

Exemple d'appareil en coquilles ou en queue de paon.

-    La largeur de chaussée: 600 cm

-    140 cm < 2R < 200 cm

-    On choisit de faire 3 coquilles.

-    Soit 3 queues de 40 cm (4 x 10 cm (9/11)).

ImagesExt/image174_52.png

donc R = 80 cm

 

 

L'appareil en coquilles ou en "queue de paon" est également constitué de demi-cercles avec une "queue" mais réalisé avec des pavés de dimensions variées

Règle générale: le diamètre des demi-cercles

(D = 2 x R) est compris entre  140 cm et 200 cm.

 

La largeur de la base de la queue est ici de 4 x la largeur moyenne des plus gros pavés

 

 

ImagesExt/image174_53.jpg

 

 

 

APPAREIL EN ECAILLES

ImagesExt/image174_54.png

 

Exemple d'appareil en écailles.

-    La largeur de chaussée: 600 cm

-    140 cm < C < 200 cm

-    On choisit 4 écailles sur la largeur.

ImagesExt/image174_55.png

-    La distance entre les alignements des pointes d'écailles.

Y = 0,29 C = 43,5 cm

 

L'appareil en écailles s'établit en arcs de cercles se superposant à la façon des écailles de poisson.

 

Règle générale: la corde C est comprise entre 140 cm et 200 cm.

Y = 0,29 C

 

ImagesExt/image174_56.png

 

 

APPAREIL EN SPIRES CONCENTRIQUES

OU ARCS DE CERCLES

ImagesExt/image174_57.png

Exemple d'appareil en spires concentriques ou arcs de cercles.

-    La largeur de chaussée: 600 cm

-    140 cm < C < 200 cm

-    On choisit 4 arcs mais en commençant par 1 demi-arc

-    Soit 3 arcs + 2 x ½ arc

C = 150; C/2 = 75 cm

ImagesExt/image174_58.png          x = 11 cm

-    Ceci détermine l'écartement des arcs dans le sens de la chaussée.

-    Pour la mise en place, on peut utiliser une dalle pour porter l'angle de 45° sur la diagonale.

 

L'appareil en spires concentriques ou en arcs de cercles s'établit en commençant par un demi-arc sur le côté de la chaussée.

Règle générale: la corde C est comprise entre 140 cm et 200 cm.

Y = C/2

x = la plus grande dimension des pavés (11 cm)

On emploie aussi des pavés de dimensions variées.

 

ImagesExt/image174_59.png

 

G. 4.2.1.2.2. Travaux préparatoires

 

La fondation est dressée parallèlement à la surface du revêtement. En alignement droit, sa pente transversale est au moins de 2 %.

 

En cas de fondation peu perméable, en dehors des revêtements de trottoirs, un drainage adéquat est placé aux points bas. Celui-ci est décrit dans les documents de marché.

 

Les éléments linéaires de contrebutage sont obligatoires. Ils font l'objet de postes séparés du métré. Ils sont posés avant la réalisation des pavages.

 

Si l'organisation du chantier nécessite une réalisation par phases, un contrebutage est placé à la limite des phases.

 

La largeur entre les contrebutages est adaptée en fonction de la dimension des pavés et se rapproche le plus possible de la largeur imposée.

 

G. 4.2.1.2.3. Couche de pose

 

La couche de pose a une épaisseur de 3 à 8 cm en fonction de l'épaisseur des pavés, mais n'est pas plus épaisse que la moitié de la hauteur des pavés.

 

La couche de pose est soit en sable, soit en sable-ciment, soit au mortier. Les documents de marché précisent la nature de la couche de pose; à défaut, celle-ci est en sable.

La pose à plein bain de mortier est interdite en cas de trafic lourd.

 

Couche de pose en sable-ciment:

 

Le sable-ciment est du type I et répond aux prescriptions du F. 4.3 pour ce qui concerne sa composition, la fabrication et le transport.

Toutes les opérations de mise en œuvre sont réalisées endéans les trois heures qui suivent la fabrication du sable-ciment et en tout cas avant le début de la prise du mélange.

La mise en œuvre du sable-ciment est interdite lorsque la température de l'air mesurée sous abri, à 1,5 m du sol est inférieure à 1 °C à 8 h du matin ou à – 3 °C durant la nuit.

 

Couche de pose au mortier:

-    le dosage de ciment est compris entre 300 et 350 kg par m³ de sable et est fixé dans les documents de marché

-    le mortier est fabriqué par malaxage mécanique et approvisionné au fur et à mesure de l'avancement des travaux

-    dans certains cas, le mortier peut être amélioré par des adjuvants, agréés par le fonctionnaire dirigeant

-    la mise en œuvre par température diurne inférieure à 5 °C est interdite.

 

G. 4.2.1.2.4. Pose

 

G. 4.2.1.2.4.1. Pavés posés en ligne (à joints alternés)

 

Les rangées de pavés sont disposées perpendiculairement à l'axe de la chaussée.

 

Les pavés sont choisis de manière à ce que, dans une ligne, les pavés à largeur maximum ou avec saillie de flanc ne viennent pas se juxtaposer à ceux de la ligne suivante.

 

Les pavés sont placés au cordeau, avec décalage du tiers à la moitié de la longueur du pavé. Ceux-ci sont serrés en bout et en rives, de manière à réaliser des joints ne dépassant pas 10 mm.

 

Les joints sont remplis de sable et les pavés solidement affermis sous le poids d'un marteau de 5 kg au moins.

 

Le pavage est établi à un niveau tel qu'après l'affermissement, il ne présente plus aucune déformation et se trouve à environ 10 mm au-dessus du niveau voulu.

 

G. 4.2.1.2.4.2. Pavés mosaïques

 

Les pavés sont posés suivant l'appareillage prescrit aux documents de marché. Ils aboutissent orthogonalement aux bordures, aux filets d'eau ou aux bandes de contrebutage.

 

Il est interdit de glisser sous les pavés des éclats de pierre pour maintenir leur tête dans la surface du pavage.

 

Les joints varient en largeur de 3 à 15 mm.

 

G. 4.2.1.2.4.3. Sablage et compactage

 

Les pavés sont recouverts d'une couche de sable qui, par un balayage énergique conjoint à un arrosage suffisant, pénètre et remplit les joints à refus. Le sable restant en surface est éliminé au plus tard 15 jours après la pose.

 

Les pavés sont ensuite compactés au moyen d'un matériel adapté (plaque vibrante) en partant des bords de la chaussée.

 

Tous les pavés qui éclatent lors du compactage sont immédiatement remplacés.

 

Ces opérations successives (épandage d'une couche de sable, arrosage, balayage et compactage) sont répétées jusqu'à ce que les pavés restent stables.

 

La circulation n'est admise qu'après exécution de toutes les opérations, y compris le jointoiement. Il est interdit au trafic lourd (+ de 3,5 t) de circuler sur les pavés avant 7 jours. En cas de couche de pose et/ou de jointoiement en matériau avec ciment, tout trafic est interdit avant 7 jours.

 

G. 4.2.1.2.5. Soufflage des joints

 

Le soufflage à l'air comprimé est obligatoire avant l'exécution des joints au coulis de mortier ou au mortier bitumineux.

 

Il précède d'au moins 20 m l'endroit où le jointoiement est à exécuter et est synchronisé avec le remplissage des joints.

 

L'entrepreneur prend toutes les dispositions souhaitées en vue d'éviter que le sable projeté lors du soufflage des joints n'incommode les usagers de la route et les riverains.

 

La profondeur du soufflage est de 25 mm minimum pour les pavés de dimensions inférieures à 13/13 posés en mosaïque ou en ligne et de 40 mm pour les pavés oblongs.

 

G. 4.2.1.2.6. Jointoiement

 

Suivant la nature de la couche de pose, on distingue le jointoiement au sable, au sable-ciment, au mortier de ciment, au coulis de mortier de ciment, au mortier bitumineux et au mortier de résine.

 

G. 4.2.1.2.6.1. Joints en sable

 

Le sable est conforme au C. 3.4.7.3.

 

G. 4.2.1.2.6.2. Joints en sable-ciment

 

Le sable est conforme au C. 3.4.3.

 

G. 4.2.1.2.6.3. Joints en mortier de ciment

 

Le jointoiement au mortier est exécuté au plus tard 24 heures après la pose, lorsque les joints sont propres. La profondeur des interstices à combler est supérieure à 1 cm.

 

Le mortier de jointoiement est gâché à consistance 'terre humide'. Il est forcé à la dague en le serrant fortement. Le mortier est dosé entre 400 et 500 kg de ciment par m³ de sable. Celui-ci est humidifié pour permettre la mise en œuvre sans excès d'eau (rapport eau sur ciment E/C de 0,5 à 0,6).

 

L'emploi de fluidifiant et de plastifiant est autorisé.

 

Les joints sont arasés au même niveau que les éléments. Ils sont protégés contre la dessiccation durant au moins 72 heures. La mise en service est admise au plus tôt 5 jours après la mise en œuvre.

 

Des joints transversaux de dilatation, d'une largeur de 1 cm sont réalisés au moins tous les 10 m et aux changements de direction. Ces joints sont remplis d'un produit de scellement.

 

Dans tous les cas, lors de l'utilisation de mortier, la quantité d'eau du mélange est la plus faible possible, compatible avec la maniabilité. La mise en œuvre par température extérieure diurne inférieure à 5 °C est interdite.

 

G. 4.2.1.2.6.4. Joints en coulis de mortier de ciment

 

La granularité du sable est de 0/2 mm.

 

Le mortier est dosé entre 400 et 500 kg de ciment par m³ de sable. Celui-ci est humidifié pour permettre la mise en œuvre sans excès d'eau (rapport eau sur ciment E/C de 0,5 à 0,6).

 

L'emploi de fluidifiant et de plastifiant est autorisé.

 

G. 4.2.1.2.6.5. Joints en mortier bitumineux et en mortier de résine

 

Les joints sont scellés en deux phases, la seconde phase intervenant après rupture de l'émulsion et première contraction du mélange.

 

Le mortier bitumineux est composé d'un volume de liant (émulsion) pour deux volumes de sable 0/4 mm ou de laitier granulé.

 

Le liant est soit une émulsion de bitume à rupture retardée conforme au C. 12.7 soit une émulsion à base de liants synthétiques pigmentables conforme au C. 12.14.

 

Le liant peut être teinté dans la masse.

 

Le mortier est réalisé sur le pavage en mélangeant le sable ou le laitier par brossage dans l'émulsion.

 
G. 4.2.1.2.7. Tableau synoptique

 

Pose de pavés

Couche de pose

Largeur des joints

Jointoiement

Nature

Epaisseur nominale

En ligne à joints alternés

Sable

8 cm (maximum ½ hauteur des pavés)

inférieure à 10 mm

- sable
- mortier bitumineux

Sable-ciment

8 cm

- sable-ciment
- mortier de ciment
- coulis de mortier de ciment
- au mortier bitumineux

Mosaïques: suivant appareillage prescrit aux documents de marché

Sable

maximum ½ hauteur des pavés

de 3 à 15 mm

- sable
- mortier bitumineux

Sable-ciment

- sable-ciment
- mortier de ciment
- coulis de mortier de ciment
- mortier bitumineux

Mortier

- mortier de ciment
- coulis de mortier de ciment