CCT Qualiroutes
Cahier des Charges Type version 2011
Chapitre A
Chapitre B
Chapitre C
Chapitre D
Chapitre E
Chapitre F
Chapitre G
Chapitre H
Chapitre I
Chapitre J
Chapitre K
Chapitre L
Chapitre M
Chapitre N
Chapitre O
Chapitre P
Chapitre Q
Cahier Spécial des Charges version 2011

G. Revêtements

 
PrécédentTable matièresSuivant

G. 3.1.2. CLAUSES TECHNIQUES

 

G. 3.1.2.1. MATERIAUX

 

Les matériaux répondent aux prescriptions du chapitre C les concernant:

-    sable pour traitement de surface: C. 3.4.6

-    gravillons pour traitement de surface: C. 4.4.6

-    vernis d'adhérence: C. 20

-    bande bitumineuse (autoadhésive) préformée pour joint: C. 21.3.1

-    bande bitumineuse extrudée pour joint: C. 21.3.2

-    voile de verre: C. 46.2

-    géogrille en fibre de verre ou en polyester: C. 27.1

-    émulsions cationiques de bitume(s): C. 12.8

-    émulsions à base de liant synthétique clair: C. 12.14

-    masse de scellement à base de liant synthétique clair: C. 21.1

-    asphalte coulé pour revêtement et réparation: C. 60.4.

 

G. 3.1.2.2. DENOMINATIONS ET COMPOSITIONS TYPES

 

Caractéristique
Type
MA-10-x
MA-6,3-x
MA-4-x
Granularité
0/10
0/6,3
0/4
Enveloppe de granularité
C. 60.4.2.2.1
Type de liant
C. 60.4.2.1
Teneur minimum en liant (%)
C. 60.4.2.2.2
Epaisseur nominale (mm)
30 ou 40
25
20
Epaisseur de reprofilage (mm)
30 à 50
20 à 30
10 à 20

 

G. 3.1.2.3. SPECIFICATIONS DES ASPHALTES COULES

 

Les prescriptions du C. 60.4.2.3 sont d'application.

 

G. 3.1.2.4. FABRICATION

 

L'asphalte coulé est fabriqué dans des centrales d'enrobage discontinues adaptées.

 

Les centrales d'enrobage sont à fonctionnement automatique depuis le dosage des matériaux jusqu'à la sortie des produits. Elles sont équipées d'un système d'enregistrement digital en continu des températures et du dosage des différents constituants, ainsi que de la température des mélanges.

 

La centrale est équipée d'un système d'alarme ou d'un mécanisme d'arrêt qui réagit automatiquement en cas de fausse manœuvre ou de défectuosité survenant dans le processus de fabrication.

 

Les différents granulats, liants, fillers d'apport et de récupération sont entreposés séparément de manière à éviter tout mélange et toute salissure. Les réservoirs à liant sont calorifugés avec maintien automatique à température par chauffage indirect.

 

Sont lisibles: la température du liant dans les réservoirs à liant, celle d'au moins une des fractions granulométriques entreposées à chaud dans les trémies et celle des mélanges bitumineux directement après le malaxage.

 

Lors du séchage, le débit d'apport des granulats et le réglage du brûleur sont adaptés en continu à la teneur en eau des matériaux.

 

La température et la durée de malaxage sont adaptées de manière à obtenir un produit final homogène complètement enrobé et sec (teneur en eau inférieure à 0,5 % en masse). Les températures du mélange sont inférieures à 250 °C si le liant utilisé est un bitume 20/30, 240 °C si le liant utilisé est un bitume 35/50 et 230 °C si le liant utilisé est un bitume 50/70. Pour les autres types de liants, ainsi que pour les asphaltes coulés « basse température », elle est inférieure à la température maximale fixée par le fabricant.

 

Immédiatement après la fabrication, l'asphalte coulé est déversé dans un malaxeur calorifugé.

 

G. 3.1.2.5. MISE EN ŒUVRE DES ASPHALTES COULES

 

G. 3.1.2.5.1. PRELIMINAIRES

 

Le document de référence QUALIROUTES-A-1 'Mise en place d'un système de gestion de la qualité lors de l'exécution des marchés de travaux' et ses annexes est d'application pour les revêtements de plus de 1000 m².

L'entrepreneur remet également au fonctionnaire dirigeant tous les documents détaillant les mesures de suivi de tous les facteurs ayant une influence sur la qualité du produit mis en œuvre, et en particulier:

-    de l'exécution de tous les travaux préparatoires

-    de la mise en place de la signalisation

-    du dosage et de la réalisation d'une éventuelle couche de collage

-    de la coordination de l'approvisionnement du ou des finisseur(s)

-    des conditions de cloutage éventuel.

 

G. 3.1.2.5.2. PREPARATION DU SUPPORT

 

Avant mise en œuvre de l'asphalte coulé, la surface de la couche sous-jacente est sèche et nettoyée.

Les irrégularités de surface du support sont inférieures à 6 mm et sont rectifiées le cas échéant.

Les découpes du revêtement existant jouxtant le revêtement en asphalte coulé à réaliser sont verticales, nettes et rectilignes.

 

G. 3.1.2.5.3. LIAISON AVEC LE SUPPORT

 

Les documents de marché précisent si la pose se fait en adhérence, en indépendance ou en semi-adhérence.

 

-    La pose en adhérence sur un support en béton est obtenue par épandage sur ce dernier d'une couche de collage constituée d'un vernis bitumineux. L'entrepreneur choisit le type et la quantité de vernis qu'il met en œuvre pour assurer l'adhérence.

La pose de l'asphalte coulé ne peut débuter avant que la totalité des composants volatils du vernis ne soient éliminés.

 

-    La pose en adhérence sur un support bitumineux est obtenue par épandage sur ce dernier d'une couche de collage constituée d'une émulsion de bitume. L'entrepreneur choisit le type et la quantité d'émulsion qu'il met en œuvre pour assurer l'adhérence. Dans le cas d'un asphalte coulé coloré, l'émulsion utilisée est une émulsion à base de liant synthétique clair.

La pose de l'asphalte coulé ne peut débuter avant rupture totale de l'émulsion et élimination de toute l'eau initialement comprise dans l'émulsion.

 

-    La pose en indépendance est obtenue par interposition d'un voile de verre (min. 70 g/m²) entre le support et l'asphalte coulé.

Une couche de collage est posée le long des bords de la surface à traiter, sur une largeur de 200 mm.

 

-    La pose en semi-adhérence est obtenue par interposition d'une grille en fibre de verre, d'une grille en polyester ou d'un voile de verre perforé entre le support et l'asphalte coulé.

 

-    Toute circulation sur la couche de collage ou sur le voile de verre est interdite, excepté celle des engins destinés à l'approvisionnement et à la mise en œuvre de l'asphalte coulé.

 

G. 3.1.2.5.4. TEMPERATURE DE L'ASPHALTE COULE LORS DE LA MISE EN ŒUVRE

 

La température des asphaltes coulés lors de la mise en œuvre est inférieure à la température mentionnée dans la note justificative.

 

G. 3.1.2.5.5. TRANSPORT

 

L'asphalte coulé est transporté jusqu'au chantier dans des malaxeurs calorifugés et chauffés qui permettent l'obtention d'un mélange homogène. Le mélange est malaxé à une température comprise dans les fourchettes reprises dans la note justificative. La thermostatisation du malaxeur est effective quel que soit le niveau de mélange dans le malaxeur. Celui-ci est équipé d'un dispositif d'enregistrement en continu de la température de l'asphalte coulé.

Les dispositions sont prises pour éviter l'encrassement de la sonde.

 

Dans le cas des malaxeurs horizontaux, le système de mesure de la température est calibré.

 

Un thermomètre étalonné permet de contrôler le bon fonctionnement du système de mesure de la température.

 

G. 3.1.2.5.6. EPANDAGE ET REGLAGE DE L'ASPHALTE COULE

 

Après versage sur le support, l'asphalte coulé est directement épandu et réglé à l'épaisseur souhaitée.

L'alimentation en asphalte coulé et en gravillons ou sable destinés au traitement de surface et la réalisation des travaux préparatoires permettent la réalisation sans temps d'arrêt des travaux de pose de l'asphalte coulé.

 

Les asphaltes coulés sont mis en œuvre à la main à l'aide de raclettes ou taloches en bois ou mécaniquement à l'aide d'une poutre de répartition ou d'un finisseur spécial pour asphalte coulé.

 

Dans le cas d'asphaltes colorés, tout l'outillage servant à la mise en œuvre est propre ou réservé à un coloris unique.

 

G. 3.1.2.5.7. TRAITEMENT DE SURFACE DES COUCHES DE ROULEMENT EN ASPHALTE COULE

 

Le traitement de surface a pour but d'atteindre la résistance à la glissance nécessaire et le coefficient de frottement transversal imposé.

Le sable ou les gravillons destinés au traitement de surface sont épandus et enfoncés dans l'asphalte encore chaud juste après le réglage de l'asphalte coulé de façon à être bien scellés dans celui-ci.

 

-    Traitement de surface des revêtements de trottoirs et de piétonniers

Les documents de marché indiquent si la couche supérieure des revêtements de trottoirs et piétonniers en asphalte coulé est traitée en surface. Ce traitement consiste en l'épandage de sable à raison de minimum 2 kg/m². Le sable est épandu et enfoncé (par brossage) dans l'asphalte coulé encore chaud juste après le réglage de l'asphalte coulé.

L'excédent de sable est enlevé par brossage et aspiration après refroidissement de l'asphalte coulé.

Dans le cas d'asphalte coulé coloré le sable est choisi en fonction de la teinte à obtenir.

 

-    Traitement de surface des revêtements de chaussées

Le traitement de surface des couches de roulement et des couches de roulement provisoires de chaussées en asphalte coulé consiste en l'épandage de minimum 6 kg/m² de gravillons pour traitement de surface (calibre 2/4 ou 4/6,3). Les gravillons destinés au traitement de surface sont préenrobés à l'aide de 1 ± 0,3 % en masse de liant identique à celui de l'asphalte coulé à traiter. Dans le cas d'asphaltes coulés colorés, les gravillons de couleur sont préenrobés avec le même liant synthétique pigmentable que celui qui est utilisé pour fabriquer l'asphalte coulé coloré.

Les gravillons sont épandus et enfoncés dans l'asphalte coulé juste après le réglage de l'asphalte coulé. L'enchâssement des gravillons est obtenu au moyen d'un rouleau statique léger manuel de minimum 50 kg et d'une largeur d'environ 50 cm. Les gravillons couvrent 100 % de la surface.

Le gravillonnage et son enchâssement dans l'asphalte coulé sont réalisés lorsque l'asphalte coulé est encore suffisamment chaud pour que les gravillons adhérent à l'asphalte coulé.

Le passage du rouleau ne peut entraîner de déformation de l'asphalte coulé.

L'entrepreneur procède régulièrement (notamment avant mise en circulation) à l'évacuation des pierres en excès par brossage et aspiration.

 

-    Au cas où la masse volumique ? des gravillons s'écarte de 2,65 à 2,75 t/m³, le taux d'épandage t0 est corrigé comme suit:

 

t (en kg/m²) = t0 x (? / 2,70)

 

G. 3.1.2.5.8. JOINTS DE REPRISE

 

Pareil joint existe lorsque deux bandes adjacentes n'ont pas été exécutées simultanément ou lorsque le revêtement en asphalte coulé est posé contre un revêtement d'un autre type, un élément linéaire ou un accessoire de voirie. Les joints de reprise sont décalés d'au moins 0,10 m d'une couche à l'autre. Ils sont nets, rectilignes et parallèles (joints longitudinaux) ou perpendiculaires (joints transversaux) à l'axe de la chaussée.

 

G. 3.1.2.5.9. TRAITEMENT DES JOINTS DE REPRISE

 

Pour les couches de liaison et de reprofilage, le traitement de joint comporte un réchauffage de la bande d'asphalte coulé posée en premier lieu, de façon à obtenir une fusion complète avec l'asphalte coulé de la seconde bande. Les joints de reprise sont « serrés » manuellement et talochés.

Pour les couches de roulement, les joints sont traités par application d'une bande bitumineuse extrudée ou préformée pour joints:

 

-    La tranche de la bande d'asphalte coulé posée en premier lieu ou du béton préexistant est d'abord enduite au moyen d'un vernis d'adhérence.

Le joint est ensuite réalisé au moyen d'une bande préformée en bitume, fabriquée sur chantier par extrusion et mise en place au moyen d'une machine spécialement conçue à cet effet.

Lorsque la longueur du joint est inférieure à 250 m, et pour les joints transversaux, l'utilisation d'une bande bitumineuse préformée en usine et collée sur chantier est autorisée.

Le traitement du joint au moyen d'une bande bitumineuse préformée en usine ou extrudée sur site fait l'objet d'un poste séparé du métré.

 

-    Lorsque le revêtement en asphalte coulé est en contact avec des pavés, la tranche de la bande posée en premier lieu ou des pavés est enduite mécaniquement à l'émulsion de bitume ou, si les documents de marché le précisent, au moyen d'un liant non dilué.

 

Pour les couches de roulement en asphalte coulé coloré, les joints sont traités par mise en œuvre d'une masse de scellement colorée fabriquée à base de liant synthétique pigmentable. Cette masse est coulée dans une rainure de 10 mm de large au minimum, réalisée par fraisage ou par pose d'un gabarit contre la bande posée en premier lieu ou du béton préexistant. Le traitement du joint au moyen d'une masse de scellement colorée fait l'objet d'un poste séparé du métré.