CCT Qualiroutes
Cahier des Charges Type version 2011
Chapitre A
Chapitre B
Chapitre C
Chapitre D
Chapitre E
Chapitre F
Chapitre G
Chapitre H
Chapitre I
Chapitre J
Chapitre K
Chapitre L
Chapitre M
Chapitre N
Chapitre O
Chapitre P
Chapitre Q
Cahier Spécial des Charges version 2011

G. Revêtements

 
PrécédentTable matièresSuivant

G. 2.2.8. MISE EN ŒUVRE DES ENROBES BITUMINEUX

 

G. 2.2.8.1. Préliminaires

 

Le document de référence QUALIROUTES-A-1 'Mise en place d'un système de gestion de la qualité lors de l'exécution des marchés de travaux' et le document QUALIROUTES-A-1/1 'Complément au document de référence QUALIROUTES-A-1 pour revêtements bitumineux' sont d'application pour les revêtements de plus de 1000 m².

 

L'entrepreneur remet également au fonctionnaire dirigeant tous les documents détaillant les mesures de suivi de tous les facteurs ayant une influence sur la qualité du produit mis en œuvre, et en particulier:

-    de l'exécution de tous les travaux préparatoires

-    de la mise en place de la signalisation

-    de la réalisation de chacune des couches de collage (types et caractéristiques de l'émulsion et du bitume de base, taux de liant résiduel, ...)

-    de la coordination de l'approvisionnement du ou des finisseur(s)

-    de l'adéquation permanente de l'atelier de compactage

-    des conditions de cloutage éventuel.

 

G. 2.2.8.2. Couche de collage

 

G. 2.2.8.2.1. Prescriptions générales

 

La pose de toute couche d'enrobés bitumineux est précédée de l'application d'une couche de collage, sauf sur un empierrement ou un béton maigre.

Cette couche est obtenue par le répandage d'une émulsion de bitume. L'adjudicataire détermine le taux d'épandage du bitume qu'il met en œuvre. Il choisit également le type et les caractéristiques de l'émulsion et du bitume de façon à ce que celles-ci soient parfaitement compatibles avec celles du support et avec celles de la couche d'enrobés à poser et garantissent une parfaite adhésion entre cette couche et le support.

L'adjudicataire reste responsable de tout décollement de couche d'enrobés durant la période de garantie prévue aux documents de marché. Toute dégradation est réparée au moyen d'une méthode à soumettre à l'approbation du fonctionnaire dirigeant.

 

G. 2.2.8.2.2. Mise en oeuvre

 

L'application de la couche de collage est précédée d'un nettoyage.

Les documents de marché peuvent prévoir un nettoyage à l'eau sous pression avant épandage de l'émulsion.  En cas de pose sur une surface fraisée, le nettoyage préalable à l'eau sous pression est toujours réalisé. Cette opération fait l'objet d'un poste séparé du métré.

Dans le cas où la surface fraisée présente des dégradations dues à un fraisage inadapté ou des rainures non conformes aux prescriptions du D. 2.1.1.2.2, l'entrepreneur réalise à ses frais soit un fraisage complémentaire permettant de répondre aux prescriptions du D. 2.1.1.2.2, soit un reprofilage léger au moyen d'un MBCF 0/2 ou 0/4 conforme aux prescriptions du G. 3.3.

L'épandage de l'émulsion de bitume est réalisé mécaniquement et d'une manière uniforme. Après rupture, l'aspect est uniformément noir et brillant (sauf en cas d'utilisation de finisseur à rampe intégrée).  Les faces verticales des éléments linéaires, des accessoires et des bords des zones fraisées, qui sont en contact avec les produits hydrocarbonés, sont enduites d'émulsion. Pour les faces qui sont en contact avec les couches de roulement, les prescriptions du G. 2.2.8.7.3 sont d'application.

Pour les RUMG, l'utilisation d'un finisseur à rampe intégrée est obligatoire.

Pour les PA, dans les cas de supports fortement dégradés, fissurés ou en béton, les documents de marché peuvent prévoir le remplacement de la couche de collage par une membrane conforme au M. 4.2. Les documents de marché précisent la quantité et le type de bitume polymère(s) neuf(s) utilisé dans la membrane en fonction de l'état du support.

Toute circulation sur la couche recouverte d'émulsion est interdite, exceptée celle des camions destinés à l'approvisionnement des finisseurs. L'entrepreneur est tenu de prendre les dispositions pour éviter que cette couche n'adhère aux pneus des camions ou ne soit souillée par ceux-ci.

Les couches de collage font l'objet de postes séparés du métré.

 

G. 2.2.8.3. Température DES ENROBES

 

La température d'épandage des enrobés est comprise entre 140 et 170 °C (180 °C pour les EME). Elle est supérieure à 100 °C en fin de compactage.

Pour les enrobés basse température, les températures de début et de fin de compactage sont fixées par le fournisseur de bitume ou par le fabricant.

 

G. 2.2.8.4. Transport

 

Seules les couches antiadhérentes pulvérisées en couche très mince sont admises. L'emploi de gasoil, de sable ou de poussier est interdit.

Les enrobés bitumineux sont transportés par camion bâché à benne basculante permettant un déchargement direct dans le finisseur ou via un dispositif tampon assurant une alimentation régulière de celui-ci.

Les bâches de protection sont tendues avec dépassant par l'extérieur et maintenues par des tendeurs ou des boucles.

Le nombre de camions mis en service permet un approvisionnement régulier pour éviter tout arrêt de mise en œuvre.

Le bon de livraison du producteur accompagne chaque camion. Ce bon de livraison mentionne la désignation du mélange, le code d'identification de la note justificative de celui-ci, ainsi que le tonnage transporté.

 

G. 2.2.8.5. EPANDAGE

 

Les enrobés bitumineux sont mis en œuvre au moyen de finisseurs comprenant les dispositifs nécessaires d'épandage, de répartition et de précompactage des produits enrobés sur une largeur au moins égale à celle d'une voie de circulation. Ils sont mis en œuvre dans les conditions atmosphériques définies dans les codes de bonnes pratiques.

 

Ces machines sont équipées d'un système de commande automatique du dispositif de réglage de la surface des couches à poser. Ce système permet, en fonction des circonstances locales et des règles de l'art, d'assujettir le profil en long des deux bords de la bande en cours de pose soit à un repère extérieur indépendant des couches existantes, soit à un ski glissant sur la bande adjacente. La longueur de ce ski est de 13 m minimum sur les routes du réseau I et de 6 m minimum sur les routes des réseaux II et III.

Si la pente transversale est commandée en cours de pose par un dispositif automatique et si la largeur d'épandage est inférieure ou égale à 4 m, il suffit qu'un seul des deux côtés soit assujetti.

Tout autre système de commande automatique du dispositif de réglage est agréé préalablement par le fonctionnaire dirigeant.

 

La couche de roulement peut être posée à 'vis calées' si la couche sous-jacente présente le profil imposé.

 

Si les documents de marché le précisent, pour la couche de roulement, le nombre de finisseurs est tel qu'il permette l'exécution simultanée et parallèle de deux bandes de roulement minimum.

 

Si un arrêt ne peut être évité et s'il dure plus de 10 minutes, le finisseur avance pour permettre le compactage des enrobés déjà posés et un joint transversal est confectionné.

 

Aux endroits particuliers, convenus de commun accord avec le fonctionnaire dirigeant (élargissements locaux, raccordements en sifflet et en patte d'oie, ...), l'emploi d'un finisseur n'est pas obligatoire.

 

La mise en œuvre des enrobés bitumineux n'est autorisée que sur une surface exempte d'eau stagnante ou ruisselante.

 

G. 2.2.8.6. Compactage

 

Aussitôt après l'épandage, le mélange est compacté de manière uniforme au moyen de compacteurs.

Pendant la mise en œuvre des enrobés bitumineux, deux rouleaux compacteurs au moins sont en permanence sur chantier, sauf si la quantité d'enrobés bitumineux à poser est inférieure à 2000 m² par couche et par jour. L'entreprise dispose de deux compacteurs par finisseur, sauf pour les PA, les BBTM et les RUMG.

Pour le rouleau statique, la masse linéique statique d'au moins un cylindre est supérieure à 2500 kg/m de génératrice.

Pour le rouleau vibrant, la masse linéique statique d'au moins un cylindre est supérieure à 2000 kg/m de génératrice.

 

Pendant le compactage, les roues motrices de l'engin compacteur sont dirigées vers le finisseur.

 

Sur la couche de roulement, les dernières passes sont effectuées par un rouleau à jante lisse, jusqu'à effacement des traces de cylindrage.

 

Pour le compactage, les règles suivantes sont d'application:

-    pour les enrobés à squelette sableux; en cas d'utilisation d'un compacteur vibrant, la première et les deux dernières passes sont effectuées sans vibration

-    pour les enrobés à squelette pierreux; un rouleau lisse est utilisé sans vibration (sauf localement).

 

Tout système de compactage est conçu de façon à atteindre les performances prescrites aux paragraphes G.2.3.2.2 (compacité relative).

 

Toute dégradation occasionnée par un engin circulant sur la couche d'enrobés ou d'asphalte coulé fraîchement posée est immédiatement réparée.

 

G. 2.2.8.7. Joints

 

G. 2.2.8.7.1. Joints d'exécution simultanée

 

Pareil joint existe lorsque deux bandes adjacentes ont été compactées simultanément.

Les joints d'exécution simultanée sont décalés de 0,15 m au moins d'une couche à l'autre.

 

G. 2.2.8.7.2. Joints de reprise

 

Pareil joint existe lorsque deux bandes adjacentes ou dans le prolongement l'une de l'autre n'ont pas été compactées simultanément ou lorsque l'enrobé bitumineux est posé contre du béton ou des pavés. Ces joints sont longitudinaux ou transversaux.

 

G. 2.2.8.7.2.1. Joints de reprise transversaux

 

Les joints de reprise transversaux sont décalés longitudinalement d'au moins 1 m d'une couche à l'autre.

L'enrobé en place est enlevé sur 0,30 m.

 

G. 2.2.8.7.2.2. Joints de reprise longitudinaux

 

Les joints de reprise longitudinaux de toutes les couches sont nets, verticaux et parallèles à l'axe de la chaussée. Tout bord longitudinal abîmé ou déformé en cours de ou après la pose, est découpé mécaniquement, avant la pose de la couche adjacente, sur une longueur au moins égale à la longueur dégradée et sur une largeur d'au moins 0,05 m.

Les joints de reprise longitudinaux sont décalés de 0,15 m minimum dans le sens transversal par rapport à ceux de la couche immédiatement inférieure.

 

G. 2.2.8.7.3. Traitement des joints DE REPRISE

 

Sauf si les documents de marché prescrivent une autre méthode, pour les couches de liaison et de reprofilage, les joints sont traités mécaniquement à l'émulsion de bitume sur la tranche de la bande d'enrobé bitumineux posée en premier lieu.

 

Pour les couches de roulement, seuls les joints dans les enrobés à squelette sableux, les SMA et les BBTM font l'objet d'un traitement.

-    La tranche de la bande d'enrobé bitumineux posée en premier lieu, du béton préexistant ou d'un accessoire de chaussée est d'abord enduite au moyen d'un vernis d'adhérence.

Le joint est ensuite réalisé au moyen d'une bande bitumineuse préformée pour joint, fabriquée sur chantier par extrusion et mise en place au moyen d'une machine spécialement conçue à cet effet.

Lorsque la longueur du joint est inférieure à 250 m, et pour les joints transversaux, l'utilisation d'une bande bitumineuse préformée en usine et collée sur chantier est autorisée.

Le traitement du joint au moyen d'une bande bitumineuse préformée en usine ou extrudée sur site fait l'objet d'un poste séparé du métré.

-    Pour les BBTM et lorsque le revêtement bitumineux est en contact avec des pavés, la tranche de la bande posée en premier lieu ou des pavés est enduite mécaniquement à l'émulsion de bitume, sauf si les documents de marché prescrivent une autre méthode.

 

Lorsque des éléments linéaires, du béton ou des pavés sont posés contre une bande d'enrobé bitumineux posée en premier lieu, le joint est réalisé au moyen d'un produit de scellement.

 

En surface, les joints de reprise des couches de roulement sont scellés, sur une largeur de 0,15 m par une émulsion de bitume à raison d'au moins 200 g/m² de liant résiduel et recouverts, sur la même largeur, par 1,5 à 2 kg/m² de gravillons concassés 2/4 ou de sable 0/2 à 0/4. L'enduisage au liant et l'épandage des gravillons se fait à bords latéraux nets à l'aide d'un gabarit.

 

G. 2.2.8.8. Bords extérieurs des revêtements

 

G. 2.2.8.8.1. Enrobés à squelette sableux et SMA

 

Si les documents de marché le prescrivent, les tranches des bords extérieurs non contrebutés du revêtement sont enduites en appliquant une émulsion ou un liant de même nature que celui de l'enrobé mis en œuvre. Cette prestation fait l'objet d'un poste séparé du métré.

 

G. 2.2.8.8.2. PA, BBTM et RUMG

 

L'enduisage des tranches des bords extérieurs non contrebutés est interdit.

Pour les PA, le niveau des bords extérieurs du revêtement par rapport aux dispositifs d'évacuation des eaux est tel qu'il permette l'évacuation des eaux drainées par le revêtement et les dispositifs d'évacuation des eaux sont adaptés en conséquence. Au cas où des avaloirs sont entourés partiellement ou totalement, les faces latérales de ceux-ci sont ajourées dans leur partie supérieure, sur une hauteur au moins égale à l'épaisseur du revêtement. L'adaptation des avaloirs est détaillée dans les documents de marché et fait l'objet d'un poste séparé du métré.

 

Lorsqu'au point bas du profil en travers, la voirie n'est pas équipée d'un dispositif de reprise des eaux, le bord correspondant du revêtement est décalé de 0,10 m par rapport au support.

 

G. 2.2.8.9. Traitement de surface des couches de roulement

 

Les enrobés repris dans le tableau ci-dessous font l'objet d'un traitement de surface.

 

Caractéristique

Type de couches de roulement

AC-14surf1-x

AC-10surf4-x

AC-6,3surf4-x

SMA

Granularité

4/6,3

6,3/10 (1)

4/6,3

2/4

Taux d'épandage t0 (kg/m²)

1,5 à 2

3,5 à 5

1,5 à 2

1 à 2

 

(1) uniquement sur les routes du réseau I.

 

Au cas où la masse volumique ? des gravillons s'écarte de 2,65 à 2,75 t/m³, le taux d'épandage t0 est corrigé comme suit:

 

t (en kg/m²) = t0 x (? / 2,70)

 

Les gravillons destinés au traitement de surface des couches de roulement et des couches de roulement provisoires sont préenrobés à l'aide de 0,5 à 1,5 % en masse, de liant identique à celui de l'enrobé traité (sauf pour le SMA où les gravillons sont nus); ils sont épandus mécaniquement en première phase de cylindrage.