CCT Qualiroutes
Cahier des Charges Type version 2011
Chapitre A
Chapitre B
Chapitre C
Chapitre D
Chapitre E
Chapitre F
Chapitre G
Chapitre H
Chapitre I
Chapitre J
Chapitre K
Chapitre L
Chapitre M
Chapitre N
Chapitre O
Chapitre P
Chapitre Q
Cahier Spécial des Charges version 2011

G. Revêtements

 
PrécédentTable matièresSuivant

G. 1.2.7. Joints

 

G. 1.2.7.1. Joints transversaux

 

Les joints transversaux sont de trois sortes:

-    de construction

-    de retrait

-    de dilatation.

 

Pour les réseaux I et II, les joints transversaux sont scellés et goujonnés.

 

Pour le réseau III, les joints transversaux sont scellés mais pas goujonnés.

 

G. 1.2.7.1.1. Joints de construction

 

Les joints transversaux de construction et les joints entre revêtement en béton de ciment et revêtement existant en enrobés bitumineux sont sciés après ouverture du joint sur une largeur de 10 mm et une profondeur d'au moins 30 mm. La gorge est réalisée au droit du joint.

 

Les joints de construction sont conformes à la figure G. 1.2.7.1.1.1. Toutefois, dans le cas de béton armé continu, le goujon est remplacé par l'armature longitudinale et le joint n'est pas scié.

 

ImagesExt/image174_7.png

 

Figure G. 1.2.7.1.1.1. Joint transversal de construction

 

Un joint de construction est établi à la fin de chaque production journalière ou en cas d'interruption du bétonnage ne permettant pas la mise en œuvre du béton dans le délai de 2 heures dont question au G. 1.2.6.3.

La face de ce joint est plane et perpendiculaire à la surface du revêtement. Lors de la reprise, le bétonnage est effectué directement béton contre béton. La vibration du béton est complétée de part et d'autre du joint au moyen d'une aiguille vibrante indépendante.

 

Pour les revêtements discontinus, l'emplacement des joints de construction correspond à celui d'un joint de retrait dans la bande adjacente. Si ce joint coïncide avec un joint de dilatation, il est conforme à la figure G. 1.2.7.1.3.1.

 

G. 1.2.7.1.2. Joints de retrait

 

Les joints de retrait sont conformes à l'un des types de la figure G. 1.2.7.1.2.1.

 

Leur entredistance est conforme au G. 1.1.3.2.

 

L'amorce de fissuration est réalisée par sciage du béton durci. La profondeur de l'amorce est d'au moins 1/3 de l'épaisseur de la dalle.

 

En cas de présence d'une membrane préfabriquée de protection de surface, le sciage est réalisé au travers de celle-ci. La protection du béton à cet endroit est immédiatement rétablie par une nouvelle bande de membrane préfabriquée et lestée.

 

Le sciage du béton est réalisé au plus tôt afin d'éviter la fissuration en dehors des joints et en tout cas dans les 24 heures qui suivent la mise en œuvre.

 

A la demande et sous la responsabilité de l'entrepreneur, et moyennant l'accord préalable du fonctionnaire dirigeant, le joint de retrait peut aussi être scié endéans les 2 à 3 heures, après la mise en place du béton, à une profondeur minimum de 20 mm à l'aide d'un appareillage de sciage spécifique, sans endommager les lèvres du joint. Pour les joints non fissurés, ces amorces sont complétées par sciage dans le béton durci jusqu'à au moins 1/3 de l'épaisseur de la dalle et ce endéans les 24 heures qui suivent la mise en œuvre du béton.

 

ImagesExt/image174_8.png

ImagesExt/image174_9.png

 

 

ImagesExt/image174_10.png

 

Figure G. 1.2.7.1.2.1. Joints transversaux de retrait

 

 

G. 1.2.7.1.3. Joints de dilatation

 

Les joints de dilatation sont conformes à la figure G. 1.2.7.1.3.1.

 

La largeur de la gorge de scellement est au moins égale à l'épaisseur de la fourrure compressible.

 

Leur emplacement est indiqué dans les documents de marché.

 

Description : Figure 1

 

Figure G. 1.2.7.1.3.1. Joint de dilatation

 

G. 1.2.7.2. Joints longitudinaux

 

Les joints longitudinaux sont de deux sortes:

-    de construction

-    de flexion.

 

L'emplacement des joints longitudinaux est précisé aux documents de marché.

 

Pour les réseaux I et II, les joints longitudinaux sont ancrés et scellés.

 

G. 1.2.7.2.1. Joints de construction

 

Les joints de construction entre bandes contiguës bétonnées successivement et entre bande de béton et revêtement en enrobé bitumineux sont sciés après ouverture du joint.

 

Les joints de construction sont conformes à l'un des types repris à la figure G. 1.2.7.2.1.1.

 

Selon l'épaisseur du revêtement, les types de joints suivants sont utilisés:

 

Type de joint

Épaisseur du revêtement (E)

1

E ≤ 200 mm

2

E > 200 mm

 

Si les documents de marché prescrivent l'emploi de barres d'ancrage, celles-ci sont conformes au G. 1.2.7.4.

 

Dans les élargissements locaux, les raccordements en sifflet ou en patte d'oie, les joints longitudinaux sont ancrés.

 

Les joints de construction et les joints entre revêtement en béton de ciment et revêtement existant en enrobés sont sciés et scellés après ouverture du joint.

 

Description : Figure 1

Figure G. 1.2.7.2.1.1. Joints longitudinaux de construction entre bandes bétonnées

 

G. 1.2.7.2.2. Joints de flexion

 

Les joints de flexion sont réalisés entre bandes contiguës bétonnées simultanément.

 

Les joints de flexion sont conformes à la figure G. 1.2.7.2.2.1.

 

Les joints de flexion sont sciés dans le béton durci au moins au 1/3 de l'épaisseur.

 

Le sciage est réalisé au plus tôt pour éviter la fissuration en dehors des joints et en tous cas au plus tard 24 heures après la mise en œuvre du béton.

 

ImagesExt/image174_13.png

 

Figure G. 1.2.7.2.2.1. Joint longitudinal de flexion

 

Toutefois, dans le cas de béton armé continu, la barre d'ancrage est remplacée par l'armature transversale.

 

G. 1.2.7.3. Goujons

 

Les goujons ont un diamètre de 25 mm et une longueur de 600 mm.

 

Le stockage et la manipulation des goujons sur chantier sont effectués de manière à éviter toute souillure et dégradation de ces derniers.

 

Les goujons sont galvanisés ou traités par tout autre système agréé par le fonctionnaire dirigeant. Ceci est destiné à éviter l'adhérence du béton aux goujons. Ils sont placés et maintenus dans une position parallèle à la surface et à l'axe de la dalle

 

L'entredistance entre les goujons est de 300 mm. Les goujons d'extrémité ne peuvent être à moins de 250 mm du bord.

 

Dans les joints de dilatation, les goujons sont munis d'un capuchon avec matière compressible.

 

Les goujons sont mis en œuvre de la façon suivante:

1.  préalablement au bétonnage, au moyen de berceaux

2.  pendant le bétonnage, au moyen d'un système d'intégration par vibrations, approuvé par le fonctionnaire dirigeant

3.  au moyen de la première machine, en cas de bétonnage en 2 couches frais sur frais et en cas de mise en œuvre à l'aide de 2 machines.

 

Dans le cas des berceaux, ceux-ci sont assemblés en usine ou ligaturés sur place. En cas d'assemblage en usine, les goujons sont soudés d'un côté et ligaturés de l'autre en alternance ou ligaturés des deux côtés. Ils sont conçus de manière à empêcher le déplacement des goujons et à ne pas entraver le bon fonctionnement du joint. Les éventuelles soudures ou tirants de blocage sont découpés avant le déversement du béton. Les berceaux ne subissent aucune déformation rémanente sous une charge ponctuelle de 2500N, ni lors du déversement du béton. Tout berceau déformé est remplacé.

 

G. 1.2.7.4. Barres d'ancrage

 

Le stockage et les manipulations des barres d'ancrage sur chantier sont effectués de manière à éviter toute souillure de ces dernières. L'alimentation en carburant et l'entretien des machines de mise en œuvre du béton sont assurés tout en protégeant soigneusement les barres d'ancrage contre tout répandage d'huile ou d'autres matières susceptibles de rompre l'adhérence acier-béton.

 

Les barres d'ancrages sont crénelées et non enduites.

 

Elles sont placées parallèlement à la surface du revêtement en béton.

 

Dans le cas de joints de construction, elles sont mises par forage dans le béton durci ou insérées par fonçage dans le béton frais à l'arrière du bac de vibration de la machine ou dans la première moitié du coffrage. En cas de mise en place des barres d'ancrage par forage, un guidage du foret de diamant est nécessaire pour assurer le maintien correct de l'outil au moment de l'attaque du forage.

 

Dans le cas de joints de flexion (réalisation de plusieurs bandes de circulation en un seul passage), les barres d'ancrages sont placées sur des berceaux ou intégrées par vibrations, au moyen d'un équipement spécialisé.

 

Les barres d'ancrage ont un diamètre de 16 mm et une longueur de 750 mm.

 

Dans le cas du béton armé continu, il en est prévu tous les 808 mm de telle façon que les barres transversales existantes ne soient pas atteintes lors du forage.

 

Elles se situent le plus près possible sous la nappe d'armatures longitudinales existante et sous le nu inférieur des armatures longitudinales du revêtement à construire.

 

Dans le cas du béton discontinu, l'entredistance des barres d'ancrage est de 1000 mm, la distance par rapport aux joints transversaux est de 500 mm.

 

Après forage, les ancrages sont scellés dans le béton existant sur la moitié de leur longueur. La résistance en traction sur ces ancrages est supérieure à 100 kN après 24 heures.

 

G. 1.2.7.5. Scellement des joints

 

La gorge de scellement est toujours chanfreinée et est conforme à la figure G.1.2.7.5.1.

 

Pour les joints de dilatation, la largeur de la gorge de scellement est au moins égale à la largeur de la fourrure compressible.

 

En cas de scellement à la masse, un fond de joint est posé dans le fond de la gorge.

Les profilés en néoprène sont collés aux lèvres du joint et ont une largeur minimum de 1,6 fois celle de la gorge de scellement.

 

Description : untitled

 

Figure G. 1.2.7.5.1. Détails de gorge de scellement chanfreinée