CCT Qualiroutes
Cahier des Charges Type version 2011
Chapitre A
Chapitre B
Chapitre C
Chapitre D
Chapitre E
Chapitre F
Chapitre G
Chapitre H
Chapitre I
Chapitre J
Chapitre K
Chapitre L
Chapitre M
Chapitre N
Chapitre O
Chapitre P
Chapitre Q
Cahier Spécial des Charges version 2011

C. Matériaux et produits de construction

 
PrécédentTable matièresSuivant

C. 2.1.2. Classification suivant la structure

 

C. 2.1.2.1. Sol meuble

 

Les sols meubles comprennent notamment le gravier, le sable, le limon, l'argile, la vase, la tourbe, ...

 

Les sols meubles sont classés en fonction de leur granularité et de leur indice de plasticité (Ip).

 

La granularité se base sur l'importance relative des 7 fractions suivantes (d étant le diamètre équivalent pour les fractions I, II et IIa ou l'ouverture des mailles de tamis pour les fractions III, IV, V et VI).

 

Fraction I                              d ≤   0,002 mm

Fraction II        0,002 mm  < d ≤   0,063 mm

Fraction II a      0,002 mm  < d ≤   0,020 mm

Fraction III      0,063 mm  < d ≤   0,200 mm

Fraction IV       0,200 mm  < d ≤   2,0     mm

Fraction V        2,0    mm   < d ≤ 20        mm

Fraction VI    20       mm   < d

 

Les sols meubles sont classés de la façon suivante:

 

Dénomination

Indice de plasticité
Ip  =  w -  wP (1)

Granularité

I. Sols fins

 

I.1. Gravier et ...I.3

      (à recalculer avec

      I + II + III + IV = 100%)

 

I.2. ...I.3...graveleux(se)

      (à recalculer avec

      I + II + III + IV = 100%)

 

I.3.

 

Argile

Argile sableuse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Ip > 25

        Ip > 25

15 < Ip ? 25

 

I  +  II  >  10 %

 

V  +  VI  >  50 %

 

 

 

15 %  <  V  +  VI  ?  50 %

 

 

 

V  +  VI  ?  15 %

 

III  +  IV  ?  15 %

III  +  IV  >  15 %

III  +  IV  >  50 %

 

 

Limon

Limon sableux

Limon peu plastique

Limon peu plastique

sableux

 

 

  5 < Ip ? 25

  5 < Ip ? 25

        Ip ? 5

        Ip ? 5

 

 

II  >  50 % et III  +  IV  ?  15 %

II  >  50 % et III  +  IV  >  15 %

II  >  50 % et III  +  IV  ?  15 %

II  >  50 % et III  +  IV  >  15 %

 

 

Sable argileux

Sable limoneux

Sable peu argileux

Sable peu limoneux

 

 

  5 < Ip ? 15

  5 < Ip ? 15

        Ip ?   5

        Ip ?   5

 

 

III + IV >  50 % et I ? IIa

III + IV >  50 % et I < IIa

III + IV >  50 % et I ? IIa

III + IV >  50 % et I < IIa

 

 

II. Sols grossiers

 

Sable

Sable graveleux

Gravier sableux

Gravier

 

 

 

I  +  II  ?  10 %

 

V  +  VI  ?  15 %

15 %  <  V  +  VI  ?  50 %

V  +  VI  >  50 %  et III +  IV  >  15 %

V  +  VI  >  50 %  et III +  IV  ?  15 %

 

 

(1)       wL est la limite de liquidité

      wP est la limite de plasticité

 

Les sols constitués de roches friables ou délitées qui ne répondent pas aux définitions du sol rocheux ou du sol compact, reprises ci-après, sont classés comme sols meubles.

 

C. 2.1.2.2. Sol rocheux

 

Par convention, le sol est dit « rocheux » lorsque, après désagrégation préalable, il compte plus de 20 % d'éléments rocheux homogènes supérieurs à 20 cm. Par élément rocheux, il y a lieu d'entendre toute pierre dont la dureté d'une face fracturée est supérieure à celle de l'ongle dans l'échelle de Mohs.

 

Le sol rocheux se constate contradictoirement. En cas de désaccord, le pouvoir adjudicateur se réfère à la mesure in situ de la vitesse sismique des ondes longitudinales.

Hors nappe aquifère, la limite inférieure de la vitesse sismique du sol rocheux est fixée conventionnellement à 800 m/s. L'essai est réalisé contradictoirement. Les frais de l'essai sont à charge du pouvoir adjudicateur lorsque la vitesse sismique est supérieure à 800 m/s.

 

C. 2.1.2.3. Sol compact

 

Par convention, le sol est dit « compact » lorsqu'il compte plus de 40 % d'éléments rocheux homogènes supérieurs à 50 cm après désagrégation préalable à l'aide de moyens tels que le marteau piqueur, l'explosif, la fraise, le mortier expansif ou tout autre moyen spécifique adapté, en accord avec le fonctionnaire dirigeant.

 

Le sol compact se constate contradictoirement. En cas de désaccord, le pouvoir adjudicateur se réfère à la mesure in situ de la vitesse sismique des ondes longitudinales.

Hors nappe aquifère, la limite inférieure de la vitesse sismique du sol compact est fixée conventionnellement à 1700 m/s. L'essai est réalisé contradictoirement. Les frais de l'essai sont à charge du pouvoir adjudicateur lorsque la vitesse sismique est supérieure à 1700 m/s.